Catégories
Voyager

Épisode 11 : La tête à l’envers !

Me voilà dans l’hémisphère sud : tout est à l’envers par rapport à la France : les saisons, les gens roulent à gauche, la meilleure exposition au soleil c’est “plein nord”, du coup, comme je suis de l’autre côté du globe, j’ai la tête en bas et les pied en haut… mais je garde bien les pieds sur terre, ne vous inquiétez pas ! Et puis dans ce pays, même dans leur langue, parfois, la construction de la phrase est à l’envers, il avait bu trop de bières Shakespeare quand il a créé l’Anglais !

Bonjour à toutes et à tous,

Avec les potes, sur internet, on se paye quand même quelques bonnes poilades.

Par exemple, Benoit a initié un jeu qui consiste a publier des images positives/rigolotes sur son journal et pour chaque personne qui déclare aimer l’image, il donne un nom de personnage et on doit trouver une image marrante de ce personnage.

Pour ma part, il a choisit BILL BAROUD : personnage que je ne connaissais pas jusque là.

Du coup, j’ai trouvé une image sympa : vous m’en direz des nouvelles

ParaBD_1_23921-1

“Damn it !” en Anglais c’est l”équivalent de mon “Oh purééée !!”

Et puis, il y a Jimmy qui passe une partie de son temps libre à bosser en tant que DJ, son nom de scène c’est DJim.

Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas encore, voilà mon pote Jimmy:

jim

Probablement en train de réfléchir à la prochaine connerie qu’il va dire 😉

Un jour sur Facebook, il a déclaré : “Moi je suis DJ Bucheron parce que j’envoie du bois !”

Ahahaha !! Trop fort le Jimmy !

Du coup, comme mon esprit déborde d’idées à la con, j’imagine Jimmy en soirée, en train d’envoyer du bois :

jimbulle

Là, il vise un mec dans la foule !

jimbuche1

Et là, il envoie du bois !!

jimbuche2

Voilà, ça c’était pour la petite histoire ! 😄😄(oui, je mets des smileys, pour vous montrer où c’est sensé être rigolo… un peu comme dans les séries Américaines quand ils rajoutent des rires en fond sonore)


Bref… On en était où de mon aventure? ça fait un bail que je n’avais pas fait de la prose, ça me manquait.

Départ de la Thaïlande vers l’Australie et pour la peine, dans l’aéroport de Bangkok, les Thaï souhaitent bon voyage en Français :

20150422_162325

Pourquoi? Ah mais vous ne vous rendez pas compte comment elle est belle notre langue ! “Bon voyage”, c’est plus joli que la version Anglaise “Nice trip”… non ? “Bon voyage” ça fait raisonner les cordes vocales, ça mets du baume au cœur… bref, rien qu’en le prononçant, ça fait voyager 🙂 Et pourtant, c’est pas facile d’écrire et parler le Français correctement. Les langues, c’est comme les gonzesses, plus elles sont jolies, plus c’est compliqué ! 😁😁😁🤣😋

Il y a aussi un très beau dragon que j’ai eu du mal à photographier sans qu’il n’y ai personne devant en train de le prendre en photo :

20150422_160931

Mon vol est en deux parties. J’ai quelques heures de transit à Singapour et il y a des masseuses gratuites :

20150422_221704

Moui… pas très sexy et pas très douces… mais bon, a essayer tout de même, c’est étrange comme sensation.

Après un petit saut en avion de Singapour à l’Australie, me voilà donc à Darwin : au nord du pays des kangourous.

Je suis arrivé très tôt à 5h du mat’ et mon hôte de Couchsurfing (Hamish) n’est pas dispo avant ce soir. Il viendra me chercher en ville vers 17h.
Je décide donc de me poser un peu à l’aéroport, vu l’heure, rien ne sera ouvert en ville donc je navigue sur internet pour faire passer le temps.
Au levé du soleil… oui, je ne me souviens plus de l’heure qu’il était, et ça fait plus “vintage”, “Western”, “paysage aride” comme l’Australie en fait.

Donc, au levé du soleil, je décide de partir en ville en stop. Après une bonne demi heure, un mec s’arrête pour me déposer sur la route principale. Là aussi j’attends bien 1 heure. Pourtant ça ne manque pas de bagnoles avec conducteur seul.
En vain, un Australien généreux parmi d’autres qui le sont moins, prend le temps de s’arrêter et m’emmène en ville.
Très sympa le gars, on discute brièvement de nos vies, nos projets et me dit où je peux choper un point d’accès wifi gratuit.
Je passe un peu de temps au centre ville à divaguer pour chercher un endroit dans lequel je pourrais prendre un petit déjeuner à un tarif raisonnable. Ce ne fût pas une mince affaire. J’ai trouvé un petit café discret dans une petite rue qui a pu me servir un bon chocolat avec un excellent croissant pour moins de 10$ ! Un régal!
Après ça, je me suis baladé dans les magasins et sur internet pour comparer les offres de téléphonie mobile. Figurez-vous qu’on est bien placé en France avec  appels, sms, internet illimités pour 20€ par mois. En Australie une telle offre n’existe même pas. J’ai trouvé dans un magasin avec un vendeur qui faisait la gueule et charmant comme une porte de prison une offre à 30$ chez Lycamobile pour appels, sms illimités et 5Go d’internet. Quelques jours plus tard,  j’apprends que c’est une offre promo périmée et qu’en fait c’est seulement 2Go… Bref, j’ai trouvé un autre opérateur plus clair sur ses offres : “Yes optus” qui a une offre de service plus flexible variant entre 0 et 2$ par jour selon la consommation. Si vous voulez me passer un coup de fil c’est le 0061470679121

Revenons à ma première journée Australienne. Mon frère m’avait présenté une copine à lui “Camille” qui vit en Australie depuis plus d’un mois. J’ai eu le temps de converser avec Camille par l’intermédiaire de Facebook et on s’était dit que je la contacterai dès mon arrive en ville.

Ce que je fut.

En l’attendant, je m’installe sur un banc au centre ville.

20150423_091304

Camille a aménagé il y a quelques mois à Darwin, elle m’a fait visiter la ville, une jolie plage… mais on peut pas se baigner à cause des petites méduses qui sont là par milliers… et c’est pas un cadeau.

Voilà Camille assise sur le trône :

20150423_134604

Un de ses endroit préféré surplombant la plage.

Nous nous sommes installés dans un café à proximité :

20150423_152657

On a discuté de nos vies, nos projets, on a rigolé, divagué…
Bref nous passons la majeure partie de la journée ensemble puis il est temps de se quitter.
Elle me ramène au centre ville.

La nuit tombe. Je m’assois, j’explique à mon hôte Hamish où je suis. Il ne va pas tarder à venir me chercher. Je commence à fatiguer, la nuit passée fût très courte. Je m’assoupis sans m’en rendre compte. Puis je me fais subitement réveiller par Hamish. J’ai la tête dans le cul la farine. Quand il me parle, je dois prendre le temps de calculer ce qu’il me dit tout en gérant les 36000 questions qui me viennent à l’esprit du genre “quelle heure il est? Est-ce que j’ai toutes mes affaire? purée qu’est-ce que je suis mou! Et puis j’avais quoi comme affaires? Ça fait longtemps que je me suis assoupi? Oh purée ça fait longtemps qu’il attend? qu’il essaye de me réveiller? Je suis où là? Je rêve ou c’est réel? Bon, qu’est-ce qu’il me dit? ça fait déjà 3 fois que je lui demande de répéter! Il a l’air pressé, purée j’ai la mâchoire qui est encore endormie, j’articule pas bien bordel! Allez, on recommence! Quelle heure il est? Ah ça y est je commence à comprendre ce qu’il m’arrive. Qu’est-ce qu’il a dit? Purée, je comprends pas son accent!”
Tu peux répéter plus lentement? je suis pas bien réveillé. Lui dis-je.
Et nous quittons les lieux pour nous rendre dans un fast food, je prends un sandwich et j’en offre un à Hamish puis on va chez lui.
Je passe plusieurs jour chez Hamish, je vais faire les courses à pied parce qu’un magasin n’est pas trop loin. En Australie, il est courant de voir des gros oiseaux sauvages de toutes sortes, comme ceux là par exemple :

20150424_140928

Je m’occupe aussi du voyage au Japon, je passe du temps à communiquer avec vous et mes contacts au Népal suite au tremblement de terre, je dois aussi trouver des hôtes sur Couchsurfing pour le reste de mon périple vers Cairns : au nord-est de l’Australie.
Hamish héberge plein d’autres Couchsurfeurs dans sa maison et une fois il nous emmène chez des potes à lui.

20150424_221743

On rigole bien, je rencontre des Français aussi, nous partageons les expériences de nos aventures. Je ne bois pas et je ramène tout le monde à la maison avec la voiture d’Hamish : une “Fucking Citroën” comme il l’appelle parce qu’elle tombe souvent en panne.

Ah bravo le “Made in France”!

Le matin du 25 Avril très exactement, c’est la journée commémorative de l’ANZAC. Elle commémore la sanglante bataille de Gallipoli entre les Australiens et Néo-Zélandais de l’ANZAC et l’armée ottomane en 1915, pendant la Première Guerre mondiale et l’engagement des troupes australiennes et néo-zélandaises en France et en Belgique.

Vous aimez l’histoire ? C’est pas mon dada. Alors je vous laisse le loisir les infos en Français en cliquant sur ce lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_de_l%27ANZAC et ce lien : http://noumea.consulate.gov.au/files/nmea/nc_anzac%20booklet.pdf

Cette manifestation commence à l’aube. Hamish m’explique que c’est dû au fait que c’est à ce moment là que les troupes ANZAC ont débarqué sur les côtes de Gallipoli. Donc on doit être sur place avant 5h30. Cette manifestation, Hamish y tient à cœur et veut que nous y allons tous pour y faire honneur.

Pour ma part, ce n’est pas compliqué puisque j’étais déjà motivé pour y aller, par curiosité. Mais il y a l’une de ses copine qui a été difficile à convaincre. En vain… mais au final on était en retard.

Voici quelques photo de la cérémonie :

20150425_062420_LLS
20150425_065112
20150425_070320

Un autre jour, avec les Allemandes qui vivent dans la maison d’Hamish, nous partons faire un tour à la rencontre des crocos.

D’abord, pour une mise en bouche, l’animatrice nous fait tâter du serpent :

20150429_105713

Il fait pas le malin le type !

20150429_105722

D’abord c’est étonnement froid et c’est dense. Au touché on dirait un peu du plastique écaillé. Après quelques secondes, <Mode parano: ON> voyant que ce machin bizarre ne m’a pas encore étranglé ou sauté à la figure <Mode parano: OFF>, et bien je me sens plus à l’aise.

Nous prenons le bateau pour aller à la rencontre des crocodiles sauvages appâtés par de la viande :

20150429_111114

Mmmhh que ça sent bon la barbaque :

20150429_111140
20150429_111228

Après quelques pirouettes, l’animatrice laisse le bout de viande au croco pour le remercier.

Puis on s’approche de la côte pour que les animateurs nous montrent un beau croco hors de l’eau :

DSCN4471
20150429_113744

Toujours appâté par un bout de viande.

Puis ils le font nager et sauter celui-là aussi :

20150429_114241

A la fin du spectacle, remerciement :

20150429_114257

J’ai tout de même appris quelques trucs :

– Le croco chasse même quand il n’a pas faim : il est opportuniste. Si il attrape une proie et qu’il n’a pas faim, il l’emmène au fond de l’eau pour la conserver et la manger plus tard.

– Il y a 2 types de crocos en Australie :

        > ceux d’eau de mer : qui, proches de la côte, remontent aussi les rivières. ceux là, ils chassent à tout moment et bouffent les humains

        > ceux d’eau douce : ceux là, chassent quand ils ont faim, ils ne mangent pas les humains

– Si tu te fais pourchasser par un crocodile, sachant qu’en vitesse de pointe il peut atteindre les 18Km/h, il faut courir en zigzag. Pourquoi ? Pour atteindre sa vitesse maximale, le crocodile doit se rigidifier, se raidir horizontalement et donc, pour tourner, il doit s’arrêter, tourner et repartir à fond donc il perd du temps.

– Tout point d’eau, ou même toute zone seulement humide peut héberger un crocodile qui peut s’enfouir sous la boue.

Au retour, l’animatrice nous fait une démonstration d’agilité des rapaces, elle jette des petits bouts de viande et les oiseaux les attrapent au vol :

20150429_114552
20150429_114559
20150429_114701
20150429_114718

Lorsque nous quittons les lieux, nous sommes interpelés par de beaux buffles :

20150429_121545
DSCN4496

Parfois le soir, pendant que j’étais occupé à utiliser l’ordinateur, j’avais de la compagnie :

20150428_211044

Pas farouche la rainette ! Fais gaffe, je suis Français ! Je pourrais te manger !! 😉

Ca aussi, les Français sont connus pour manger des cuisses de grenouilles. Je ne crois pas avoir déjà rencontré quelqu’un qui a mangé des cuisses de grenouilles… vous en avez déjà mangé ?

C’est étrange… Je me demande d’où vient cette réputation.

Un autre soir, nous sortons dans un bar avec des petits spectacles de stripteaseuses, ça me branche pas du tout en plus dans le bar la clim est au max, je me les gèle grave donc je préfère attendre dehors parce que je m’ennuie plus qu’autre chose et j’ai pas envie de choper la toux.

20150429_210730

Hamish est à gauche et les Allemandes à droite.

En Australie, les gens qui mettent la pagaille peuvent être immédiatement pénalisés par une belle amande de 576$ très exactement :

20150429_214114

Tu peux boire, mais si tu fous le bordel, tu dégages et en plus tu prends immédiatement une prune de 576$ à régler sur place. Est-ce que ça en vaut la peine ?

Je vous assure que c’est efficace 🙂

Après avoir passé quelques jours à Darwin, je décolle et commence mon périple en Auto-stop: Le but étant d’arriver à Cairns.
Première étape : Katherine à 320 Km de Darwin. Je pars le matin vers 9h, il y a plein de voitures qui passent devant moi, j’attends 30min. Un mec s’arrête il va dans ma direction mais doit tourner quelques kilomètres plus loin, je monte, on fait nos kilomètres et me dépose à la séparation de 2 voies rapides. Je marche sur une paire de kilomètres parce que là c’est pas pratique pour les voitures de s’arrêter et en plus ça porte à confusion.
J’attends 45min de plus et un mec en 4×4 peut m’avancer de quelques kilomètres de plus. C’est mieux que rien. Il me dépose à un croisement. C’est bien parce que petit à petit je m’éloigne de la ville mais pas suffisamment vite… Je crains d’arriver très tard à Katherine. Je préviens Francesco, mon hôte de Couchsurfing à Katherine.


J’attends un petit moment et là un mec avec un vieux coupé, vêtu d’une casquette couvrant des cheveux longs et couvert de tatouages me porte jusqu’à Batchelor : à une centaine de kilomètres de Darwin. On discute, il a un fort accent Australien et il met des mots vulgaires à chaque ponctuation, ça me fait rire intérieurement car je n’ai jamais entendu autant de “Fuck” (sa conjugaison et ses déclinaisons) dans une conversation. Il m’explique que c’est un ancien toxicomane et qu’aujourd’hui il ne touche plus à rien, qu’il est heureux d’être encore en vie et il vit dans la brousse. J’apprends aussi que seulement 200 000 habitants vivent dans le “Territoire du nord” (là où je suis en ce moment) c’est une région dont la surface est l’équivalent de 2,6 fois la France métropolitaine. Ceci explique la rareté des voitures en campagne. Il me dépose au bord de la voie rapide proche de Batchelor et là j’attends…

20150430_125922

Il y a très peu de voitures, beaucoup de camions 120 Tonnes appelés les Trains de route. Ils tirent 4 remorques de 30 tonnes chacune :

20150430_132031

Bref… j’attends et le temps se fait long, il fait chaud et comme je m’ennuie, je pense à vous et je me dis “faudrait que je prenne une photo pour illustrer mon prochain épisode” avec quelques petits cailloux, je cale mon smartphone debout au sol, je programme le retardateur, je cours, je pose, photo, je vérifie : c’est trop loin !

20150430_124542

Je recommence ainsi quelques fois, ça m’occupe…

20150430_124721

et voilà le résultat !

20150430_125630


Plus tard, un gros bus s’arrête, c’est le début de l’après-midi, je n’ai fais qu’un tiers du parcours, il y a peu de voitures mais… le tarif est exorbitant!! Alors je laisse tomber même si c’est le dernier bus de la journée.
Un van s’arrête. Génial! je cours, c’est un couple de Français mais ils me disent qu’ils s’arrêtent là pour la nuit. Finalement, comme l’endroit n’est pas très sympa pour camper, ils décident d’aller plus loin et me proposent de faire la route avec eux! Je suis super content, même si ils ne vont pas à Katherine, ça me donne de l’espoir. Ils s’arrêtent une paire de kilomètres plus loin dans une aire de campement plus sympa.
Ils m’invitent même à diner ! Super !!

20150430_152049

Ils s’appellent Arnaud et Anaïs. Je passe une bonne heure en leur compagnie mais faut que j’avance ! Alors je me reposte au bord de la route et j’attends…
Un mec s’arrête, je comprends pas trop ce qu’il me baragouine, je crois qu’il quitte la voie rapide un petit peu plus loin donc il ne me prends pas.
Arnaud et Anaïs décident de changer de place, même si l’endroit est plus sympa que le précédent, c’est un peu proche de la route.
Allez, c’est repartit pour quelques kilomètres en van! Ils me déposent et on a tellement bien sympathisé qu’ils me proposent même de m’héberger cette nuit si je ne trouve personne pour me porter jusqu’à Katherine. Nous échangeons nos numéros de téléphone. Eux ils vont se réfugier dans le village.
J’attends… Un train de route s’arrête sur le parking juste à côté de moi, je vais voir le chauffeur pour savoir si il peut me porter, il parle dans sa barbe, je décrypte qu’il doit se reposer et qu’il reste là.
Tant pis, j’aurais essayé.
Je m’éloigne un peu à pied, proche d’un croisement afin d’augmenter légèrement la quantité de voitures qui passe devant moi.
Je vois mon ombre au sol qui est plus grande que moi. Je râle parce que j’ai envie d’arriver à destination. Un mec en dans une petite KIA s’arrête. Il va lui aussi à Katherine! Wooohooooo!
Purée qu’est-ce que je suis content!! C’est un comptable à son compte et je compte sur lui pour me porter à bon port! (oh oh oh la série de jeu de mots!) Il me raconte qu’il a passé la journée à bosser à Darwin pour un client (tandis que moi j’ai passé la journée à attendre au bord de la route).
Le mec, il bombarde avec ça petite bagnole. Et tant mieux parce que la nuit est en train de tomber (il est 17h) et ça se fait pas d’arriver tard chez les gens. Je ne capte pas de réseau pour prévenir Francesco. Tant pis.
Avec le conducteur de la KIA, on parle de tout, même d’écologie. A ma grande surprise, j’apprends que l’Australie n’a pas un réseau ferroviaire très développé.
Nous arrivons à Katherine, il me dépose devant la maison de mon hôte, le temps est passé vite, je crois qu’on a bâclé 200km en 1h30! Je vous rassure : ce n’est que de la voie rapide.
Me voilà enfin chez Ida et Francesco! Content d’arriver. Le soir même, Francesco m’embarque dans une soirée organisée par une association dont il est membre. En fait, il n’y a pas grand monde parce qu’il y a un autre évènement organisé ailleurs et qui, apparemment, intéresse plus la population.

20150430_194157

On revient à la maison une petite paire d’heures plus tard.
En fait,chez Ida et Francesco, la formule n’est pas vraiment du couchsurfing, mais un échange de services : je leur donne un coup de main à la maintenance de leur maison quelques heures par jour, des petits travaux et en échange, je suis logé, nourris, blanchis.
Pas d’histoire d’argent entre nous.
Si ça vous intéresse, les 2 sites web mondialement populaires (même si vous habitez un village Français reculé) pour publier une annonce ou pour y postuler sont : helpx et workaway.
Dès le lendemain je suis transformé en cuisiniste : Du papier collant à mettre sur les étagères de la cuisine, pour que ce soit plus propre, un joint silicone de l’évier à refaire. L’après midi, c’est pour moi et je suis toujours à la quête de CouchSurfing pour les autres destinations.
Je passe quasiment une semaine chez eux. Ce sont des gens très gentils. Ils font du Yoga, ils sont végétaliens (pas de viande, ni poisson, ni nourriture provenant d’animaux comme le lait et les oeufs). Ida, originaire d’Europe de l’Est, est super dynamique et Francesco est un Italien calme. Entre eux, ils parlent Anglais.
Une après midi, nous sommes allés à la source d’eau chaude de Katherine. Super agréable avec une eau à bonne température, qui sort du sol : formidable, je crois bien que c’est la première fois que je vois ça!
Ce nouveau mode alimentaire m’a bluffé! J’en ai même oublié que nos repas sont 100% à base de “verdure” à tel point qu’un jour, elle nous a fait une superbe omelette mais… à la fin j’ai calculé qu’il n’y avait pas d’œufs ! La texture, la couleur, le gout, l’odeur… tout pareil ! C’est hallucinant !
Je ne vais pas du tout pouvoir vous donner les recettes car en plus, elle fait les plats selon son imagination… et elle ne manque pas d’imagination : tous les repas sont différents.
Les autres jours je faisais office de jardinier/bricoleur. Par exemple : j’ai traité et repeint des tôles qu’Ida a récupéré chez une copine pour en faire des jardinières.

20150508_134447

On est allé chercher des balles de paille avec Francesco…
Ils sont branchés écolos, ils ont plein d’arbres à Papaille, des bananiers…
Un autre mec est arrivé quelques jours après moi, il s’appelle Sébastien. Un jeune homme animateur dans les centres de vacances pour adultes.
Super sympa, je lui explique comment danser le Charleston ! Il va utiliser ça pour animer des cours de danse !
On parle aussi de méditation, de nos vies, nos métiers, nos aventures etc…

Ida et Francesco nous embarquent un matin très tôt…

20150508_062811

…pour aller voir les gorges de Katherine !

Intéressant, n’est-ce pas? 😉

Non mais quel blagueur ce Juju!!!

On s’est garé sur un parking, puis on a commencé à grimper une colline :

20150508_063646

Nous commençons à voir le cours d’eau :

20150508_063715

Ca c’est Seb, qui n’a pas fini sa nuit :

20150508_063852

On n’a pas encore assez grimpé mais nous sommes proche du but :

20150508_064105

Et voilà, elles sont là les gorges de Katherine:

20150508_064854

Puis ça c’est juste avant que je saute à l’eau :

20150508_064303

avec une pirouette + double salto arrière… dans mes rêves ! 😉

Ida et Francesco se sont posés pour méditer :

20150508_065201

…. avec le lever du soleil en pleine face :

20150508_070426

Pendant ce temps, Seb et moi préférons discuter à voix basse…

20150508_065824

…et contempler le paysage :

20150508_065314
20150508_065755
20150508_065916
20150508_073151

Après cette douce matinée de détente, nous visitons le parc de Nitmiluk et rencontrons des Wallabys :

20150508_085020

Et je suis impressionné par une quantité non négligeable de chauve-souris suspendues dans les arbres :

20150508_085409

L’odeur est aussi saisissante : ça sent fort la fiente et la charogne à la fois ! Comme dirait Maïté dans son émission de cuisine “Mmmmmh fameux hééé?!” surtout le matin, quand t’as les narines fraiches et ouvertes à toutes les odeurs ! 👽🤢

Mis à part l’odeur, ce volatile n’est pas super canon :

20150508_085646
20150508_085452

Nous rentrons et dans la journée, je m’amuse avec un appareil qui m’interpelle. Francesco m’explique que ça sert à détendre le dos. C’est renversant !

20150508_182958

Moi aussi je fais la chauve souris mais je sens meilleur 😉

20150508_183012
20150508_183002

De ce fait, par rapport aux gens de l’hémisphère nord, j’avais la tête à l’endroit 😁

Mais à force de rester dans cette position, je suis devenu tout rouge :

20150508_134909

(et j’ai exagéré avec une belle grimace)

Et si je retourne la photo, ça donne un Juju bien énervé :

20150508_134909  - 1

Faut pas le faire chier le mec ! (réalisé sans trucage)

Du coup, comme cette photo est terrible, je vais m’en servir plutôt que le smiley en colère qui ressemble à ça –> 😡 pfff tu fais même pas peur !

Bref, à force de faire le pitre à me remettre à l’endroit, me retourner etc.. j’ai mon estomac qui a commencé à faire la gueule !

C’est bien beau tout ça mais vu le temps qu’il me reste et ce que j’ai prévu de faire à Cairns, il faut que je continue mon aventure en Auto-stop.

Le lendemain, je pars donc en Autostop en direction de Tenant Creek : 673 KM

Comme il y a beaucoup de route, je demande à Francesco de me déposer en bord de route proche d’un parking à la sortie de la ville très tôt.

J’ai vu quelques cyclistes qui ont rigolé en me faisant signe qu’ils ne peuvent pas me prendre 😉😁

J’ai tenté d’intercepter un conducteur de train de route qui sortait du parking il m’a fait des grands signes négatifs, il avait même l’air effrayé le mec !

Heureusement, il ne m’a jamais vu énervé comme ça :

20150508_134909  - 1

Après quelques heures d’attente à compter le temps que j’aurais pu passer tranquille au lit, il est 10h, un jeune Australien en gros 4×4 s’arrête et me propose de me porter jusqu’à Mataranka, c’est à 106 KM ! Super, c’est mieux que rien ! C’est bâclé en même pas une heure. Il va dans ce village parce qu’il y a un festival ce week-end, appelé “Never never Festival”, ça veut dire “Le festival Jamais jamais”. Vous comprenez le sens ? Moi non plus ! 🙄

J’ai attendu 20 minutes (purée la veine!) lorsqu’un asiatique s’est arrêté. Lui, il allait plus loin que Tenant Creek et en plus c’était sur ma route ! A priori ça ne l’embêtait pas de me porter plus loin que Tenant Creek alors j’ai réfléchis et je me suis dit que c’était trop facile et en plus je devais annuler mon séjour chez Kévin donc une opportunité en moins de rencontrer quelqu’un.

Le mec n’est pas très bavard, je me suis dis “je vais sentir le temps passer…” A priori ça ne le gênait pas de pas bavarder, on a écouté de la musique, nous nous arrêtons quelques fois pour une pause technique,

Bref, après quelques heures de route à fond la caisse, il m’a déposé à Tenant Creek et Kévin vient me chercher.

kevin

Kévin, c’est un mec qui a la cinquantaine bien sonnée, il est sympa, il est un peu plus bavard, il a l’air calme. Il travaille dans un établissement de santé en tant que Psychologue.

Chez Kévin, j’ai trouvé un objet qui m’a immédiatement rappelé mon enfance :

20150510_155233

Un verre DURALEX ! Qui d’entre vous, regardait le fond du verre et demandait aux autres enfants ou frères et sœurs autour de la table : “et toi, t’as quel âge dans ton verre ?”

Cette fois, j’avais 12 ans… remarque c’est bien un truc de gamin de 12 ans de se prendre en photo en train de faire une grimace ! 😊

Kévin est en train de déménager car son chef est un imbécile qui ne sait pas gérer son équipe et n’a pas de bonnes méthodes thérapeutiques m’a t-il dit. Kevin a trouvé une autre opportunité ailleurs : il sera chef d’équipe.

Il aime cuisiner, il se débrouille vraiment bien, j’en ai l’eau à la bouche rien que par mes souvenirs.

Il insiste pour m’inviter et ne veut pas que je participe aux courses alors en échange : je fais la vaisselle et je lui donne un bon coup de main pour charger ses cartons dans son 4×4. En plus il est content parce que d’après lui, j’ai fais du bon boulot. 🙂 Mouai, j’avoue, je me suis pas mal débrouillé 😏

Le dernier soir, il invite des anciens collègues pour faire un pot de départ. Des gens viennent parfois pour une heure, parfois en coup de vent et en fin de soirée, quand tout le monde est partit, il y a 2 potes à lui qui arrivent, ils sont blacks et ils ont beaucoup d’humour alors là, on passé un bon moment !

J’ai passé 2 nuits chez lui. Le village de Tenant Creek est vraiment pommé, il me dit que les gens sont très mal polis et pas intéressants, un peu sauvages, il a vraiment hâte de prendre la poudre d’escampette !

Le surlendemain matin de mon arrivée, au levé du soleil, il me dépose au très célèbre restaurant “3 ways” c’est le croisement de la voie rapide Nord-Sud et la voie rapide qui va vers l’Est.

Là, il y a un jeune homme qui est arrivé avant moi. On discute un peu et je lui explique que sur mon GPS, je vois que plus loin, à 3 KMs, il y a une route provenant du nord qui fait office de raccourcis pour tous les gens provenant de cette direction alors il y aurait plus de voitures. Je m’en vais, puis je reviens vers lui pour lui proposer de m’accompagner : il préfère rester sur place. 30 minutes plus tard, j’arrive au soit-disant croisement qui, finalement, est complètement inexistant !!

Et là, je deviens tout vulgaire et tout rouge contre mon GPS !!!

20150508_134909  - 1

Après avoir pesté pendant quelques minutes, je retourne sur mes pas en bougonnant parce que je déteste faire des trucs pour rien !

Sur le chemin du retour, je croise le jeune autostoppeur… en voiture ! Le veinard !

Je suis un peu inquiet parce qu’il n’y a vraiment pas beaucoup de voitures. Le taux de chance est vraiment réduit mais Kévin m’a dit que si je n’avais trouvé personne, il viendrait me chercher : vraiment sympa le mec !

A l’endroit où je suis posté, il y a un poteau sur lesquels les gens ont laissé la trace de leur passage :

20150511_084434

Bon, c’est à quand mon tour ?

2h plus tard !

Un couple de Français (dont je ne me souviens plus des noms) s’arrête, je leur dis que je vais à Mount Isa (637KM) mais eux s’arrêtent avant, pas grave! Et c’est partit !

Nous discutons de nos aventures, d’où on vient etc…

Ils ne vont pas très vite parce qu’ils ont le temps et puis pour économiser le carburant : en tous cas, je suis bien content d’avancer ! 😊

Ils s’arrêtent pour une pause repas. Je leur dis que pendant ce temps, je vais faire de l’autostop pour tenter de me faire porter par quelqu’un qui pourrait me rapprocher de ma destination.

Il fait très chaud et je suis survolé par des rapaces :

20150511_122733
20150511_122750
20150511_122802

Le plus embêtant, ce n’est pas cette grosse chaleur. Non, le plus gênant, ce sont les mouches : ce sont des mouches particulières parce qu’elles sont voraces et elles viennent sur le visage !! Non, pas sur les bras ou sur les habits mais elles viennent en permanence se poser sur le visage et ce fût une expérience assez pénible parce qu’elles sont nombreuses :

20150511_130051

Et c’est très désagréable. Alors j’ai trouvé quelques petites astuces pour les éviter temporairement :

– mettre mon visage face au vent : il y en a moins

– poser mon chapeau sur mon visage : mais je ne vois pas les voitures arriver

– secouer mon chapeau très proche de mon visage pour me faire du vent : il y en a quand même qui se posent

J’ai poireauté pendant une bonne heure mais personne ne m’a pris donc le couple de Français ayant fini de déjeuner me reprend. Je vous laisse imaginer le bonheur que j’ai ressenti une fois dans la voiture, enfin débarrassé de ces mouches.

Leur périple s’arrête à Camooweal : c’est la frontière du “Territoire du Nord” et du “Queensland”. Un très petit village avec tout de même 2 pompes à carburants ! 😉 Je repère un Motel au cas où je ne parviens pas à atteindre mon but qui se situe maintenant à seulement 190 KM

En attendant, je marche jusqu’à la sortie du village et comme il n’y a rien à faire, je prends des piafs en photo.

Alors j’ai remarqué que la taille des “pigeons” en Australie est quelque peu différente.

20150511_162409
20150511_162441

Vous allez me dire : “mais ce ne sont pas des pigeons Juju” !!

En effet, non, ce ne sont pas des pigeons au sens propre du terme. Je les appelle des “pigeons” parce qu’en fait, c’est leur oiseau commun domestique qui mange de tout partout comme nos pigeons en France mais je ne sais pas comment ils s’appellent ces oiseaux là…

20150511_162523
20150511_162550

Ils sont gris sur le dessus et rose sur le dessous avec des plumes sur la tête qui peuvent se dresser pour faire une crête.

C’est des pigeons Tunning

Le soleil commence à se coucher, je reste quand même au bord de la route déjà en train de m’imaginer toquer à la porte de l’un des motel du village. Ca sera la première fois que je ne parviens pas à atteindre mon objectif.

A force de patience, un gros 4×4 luxueux s’arrête. Un mec sympa en chemise et cravate s’arrête pour me demander mon chemin : lui aussi il va à Mount-Isa ! SU-PER GE-NIAL ! et un grand OUFFF !!

Je monte abord de son vaisseau spatial véhicule et nous faisons connaissance. C’est un politicien, il m’explique que son père était aussi politicien et qu’il prenait les autostoppeurs. D’après les infos que j’ai glané sur internet, il a 38 ans, il fait partit de l’assemblée législative du Queensland pour Mount Isa.

C’est un mec fort sympathique. On a parlé de tout : politique, économie, écologie, culture, territoire, voyage etc… Je lui ai même enseigné quelques mots de Français !

En fait, il y a une photo de lui sur son 4×4 alors quand je l’ai vu arriver la première fois, je l’ai pris pour un vendeur ou un représentant mais j’étais loin d’imaginer que c’était un politicien. 🙂

Il me dit qu’il vient de Tenant Creek parce qu’il avait une réunion ce matin.

20150511_192407

Nous arrivons à Mount Isa. Il fait nuit et en plus il y a un décalage horaire d’une demi-heure de plus : ça vous donne une idée de la taille du Pays ! Vous imaginez si entre Bordeaux et Toulouse il y avait 30 minutes de décalage horaire ? et de même entre Toulouse et Marseille ? Le bordel !

Voilà mon hôte :

chee

Il s’appelle Chee, il vit avec 2 autres colocataires et il est vraiment sympa ! C’est quelqu’un de souriant, généreux, cool et chaleureux ! Il prévoit de venir en France un de ces 4 donc on reste en contact au cas où j’y sois au même moment.

Il bosse la journée, il est kiné alors on discute de santé, voyages etc… Il n’est pas souvent à la maison car après le boulot il passe du temps avec sa chérie. Je lui ai aussi proposé de faire évoluer le logiciel de son téléphone mais… J’ai tout foiré !!! Alors ça m’a bien cassé la tête pendant une journée pour refaire tout fonctionner !!

Je vous assure, j’avais les bouuuuuuuules !!

20150508_134909  - 1

La prochaine fois, je ferais mieux de me taire !

Bref, j’ai néanmoins pris l’air de temps en temps… surtout pour aller acheter à manger. Mount-Isa, c’est une ville de mineurs, donc c’est vraiment pas coquet : il y a des cheminées en pagaille qui crachent de la fumée blanche alors, c’est peut-être de la vapeur d’eau…

Mount isa[2]

J’ai demandé à Chee si il est inquiet pour sa santé par rapport à cette pollution, il m’a répondu que de toute manière, il n’y reste que temporairement.

Puis en marchant, je lis ce panneau :

20150512_162334

Le slogan en dernière ligne est l’équivalent de :

“Le motel que vous avez toujours voulu !” ou “Le motel dont vous avez toujours rêvé!” …. dans ce genre là

 Tu parles !! Vois le truc :

20150512_162338

En bord de route en plus !!

Ca me fait vraiment rire en fait !

Je passe 3 nuits chez Chee et son colloc’ (l’autre est absent) et puis il est temps pour moi de continuer ma route vers Charters Towers : 770 KM !

Alors je me lève très tôt. La maison de Chee est à quelques pas de la route principale, c’est parfait ! 🙂

Je tape le pousse pendant une bonne heure et une bonne femme s’arrête et me dit qu’il vaut mieux que je me positionne un peu plus loin après un grand parking. Alors c’est partit ! Elle me dépose, me voilà bien avancé : il ne me reste plus que 769 KM ! 😄😋😥

Un train de route s’arrête sur le parking, il décroche sa remorque et repart en ville. Je vois aussi plein de gens qui me font des signes comme quoi ils tournent un peu plus loin… enfin, je crois que c’est ce qu’ils veulent me dire.

Une demi heure plus tard, le chauffeur du train de route revient, il raccroche sa remorque , s’approche de moi au volant de son bolide, s’arrête et me dit :

“Salut où vas-tu ?

– Je vais à Charters Towers et vous ?

– Non je ne vais pas par là

– C’est pas grave, du moment que vous allez dans cette direction ça m’avancera ! 🙂

– Je suis désolé mec, je t’aurais bien aidé mais je n’ai pas le droit de prendre des civils dans mon camion parce que c’est un métier dangereux et si je me fais choper, je suis sanctionné et je perds mon boulot!

– OK, pas de soucis, bonne route !

– Bonne chance !”

Voilà, j’ai maintenant l’explication de la raison pour laquelle les camionneurs de ces gros engins ne prennent pas les autostoppeurs.

Ca fait plusieurs heures que j’attends et enfin un couple de jeunes Français s’arrête :

Je vous présente Yann et Manon :

20150518_113234

Un jeune couple qui roucoule dans un vieux petit van.

Lui, il a l’air calme, elle, plutôt bavarde, souriante et pleine d’énergie!

Ils sont tous les deux très sympas !

Ils me disent qu’ils ne peuvent pas me porter bien loin parce qu’ils vont vers le nord mais c’est pas grave, plus on peut faire de route en semble, mieux c’est !

A force de parler, ils loupent l’embranchement qu’ils devaient prendre. En fait, ce n’est finalement pas un problème puisque j’avais remarqué que c’est une route en terre et on a aussi vérifié ça sur internet donc c’est pas par là qu’il fallait qu’ils aillent. En plus, il y a une route plus loin qui monte dans la même direction.

Alors on parle de nos voyage, ils sont intéressés par mon expérience de médiation, on rigole bien, ce fût un moment agréable mais il était temps de se séparer car nous arrivons à Cloncurry, c’est à 120 KM de Mount Isa. Je suis donc à 650KM de ma destination et il est déjà plus de midi !! Je préviens mon hôte que je risque d’arriver très tard. Est-ce que ça la dérange que j’arrive tard ? Pas de réponse. En attendant, je grignote sur le bord de la route. Un mec me propose de me déposer quelques kilomètres plus loin pour me sortir de la ville. Car en effet, si vous faites de l’autostop, sortez de la ville ou du village : les gens sont un peu plus compatissants.

Me voilà maintenant à 640KM ! J’avance vraiment pas aujourd’hui… 😒

Puis un vieux monsieur dans un vieux camion s’arrête ! Il va plus loin que ma destination finale à Townsville ! Super !! Je vais pouvoir prévenir mon hôte que je suis sur la route !! Mais… pas de réseau !! 😒 Bon, on verra plus tard, il n’est que 15h.

Voilà le bolide :

20150513_173312

Il n’avance pas très vite et la cabine est mal isolée du bruit. Lui, il n’est pas très bavard. Il a commencé sa route ce matin et il retourne chez lui directement sans s’arrêter !!

D’après ce que je comprends, il n’y a pas de règlementation en Australie concernant la quantité d’heures au volant, pas de pauses toutes les 2 heures comme en France.

Son record c’est 17h de route d’un coup ! Il me dit que ce n’est qu’une question d’habitude. Il m’explique qu’il est propriétaire d’une mine d’or ! Je l’ai fais répéter 2 fois parce que j’y croyais pas ! Pourquoi un propriétaire d’une mine d’or garde t-il un si vieux camion ? Sa réponse : “parce que celui-là, je le connais par cœur, il n’y a pas d’électronique, je peux me dépanner seul et il ne tombe pas en panne souvent. Il ne roule pas très vite mais je ne suis pas embêté au moins !”

On passe plusieurs petites villes et je n’ai toujours pas de réseau. On ne parle pas beaucoup pendant qu’on roule “à grande vitesse” compte tenu du bruit. On parle plutôt lorsqu’on fait de petites pauses ou quand on passe des villes et villages : le camion est moins bruyant et on peut s’entendre parler.

Nous nous arrêtons au bord de la route pour casser la croute !

20150513_180723

Et puis c’est repartit !

Je suis inquiet parce que je n’arrive pas à avoir du réseau alors je demande à mon conducteur si il peut me prêter son smartphone pour prévenir mon hôte : pas de soucis. J’envoie un message pour la prévenir que je vais arriver vers 11h ce soir. Elle me dit qu’elle ne pourra pas m’héberger. Je comprends, ça fait tard et en plus c’est une fille.

Et bien tant pis !

Je réfléchis. Est-ce que je m’arrête à Charter Towers ? Ou je vais jusqu’à Townsville ? Est-ce que je vais trouver un truc pour m’accueillir à Charter Towers ? Je regarde mon GPS, il y a des établissements d’hébergements. Puis je me dis : “tiens, si je faisais de l’autostop de nuit?” C’est décidé, je vais jusqu’à Townsville, ça m’avancera et comme c’est sur la voie rapide qui part du sud jusqu’au nord, il devrait y avoir du monde !

Le mec me dépose sur la voie rapide de Townsville, il est minuit.

Et je commence à tendre le pouce… Il n’y a pas grand monde qui passe, je suis étonné. Je vérifie sur mon GPS et je vois qu’en fait, ce n’est pas la voie rapide. Elle est à quelques kilomètres. Alors c’est j’y vais à pied… De toute manière, j’ai le temps 😉

Sur mon chemin, je rencontre un bel hérisson :

20150514_011212

J’arrive à la sortie de la bretelle menant à la voie rapide et je continue à attendre. Je vois les flics faire leur tournée.

Une heure plus tard, un jeune mec s’arrête : il me propose de me porter plus loin ! Cool ! 🙂 Par contre je n’ai pas compris sur combien de kilomètres. Au moment où je rentre dans la voiture, je remarque que les flics s’apprêtaient à s’arrêter derrière nous. Je rentre comme si je n’avais pas fait gaffe.

Le mec m’avance sur une dizaine de kilomètres.

Ah oui, j’ai oublié de vous préciser : Cairns (ma destination finale) se situe à 350 KM de Townsville… Mouahahahah! Une broutille me direz-vous ! 🙂

Un peu plus tard dans la nuit, les flics s’arrêtent devant moi et me demandent si tout va bien et pourquoi le mec m’a laissé là, je leur ai dis que tout va bien et que le mec n’a pas pu me porter plus loin parce qu’il a pris la sortie juste en face pour rentrer chez lui.

Je leur ai aussi demandé si ils ne pouvaient pas me porter plus loin : négatif !

Bon, j’aurais essayé au moins 😉

En gros, je passe la nuit à faire de l’autostop et personne ne s’est arrêté !

J’ai vu des filles bourrées marcher dans le champ derrière moi et j’ai eu le temps de m’ennuyer. Heureusement il ne faisait pas mauvais. Je ne me suis pas endormis, pour luter contre le sommeil, je faisais les 100 pas… heu… je crois que j’en fais 100 fois plus que 100, des pas ! 😉

Le matin, au lever du soleil, il y a beaucoup plus de voiture, des gens qui font un footing, du vélo, je comprends que pendant la nuit les gens ne s’arrêtent pas alors je garde espoir que quelqu’un s’arrête ce matin en heure de pointe. Et ce fût le cas !!

Un jeune super souriant, très gentil mais… il ne va pas jusqu’à Cairns (ça aurait été trop facile), néanmoins, il va a Tully, une petite ville qui n’est plus qu’à 140 KM de Cairns.

Comme souvent avec les conducteurs, je discute de tout, souvent ils me demandent “c’est pas dangereux ?”

Il me dit qu’il n’est pas content de son gouvernement, on parle politique, je vois que le gouvernement Australien n’est guère mieux que le Français.

Il ne comprend pas pourquoi son pays n’accueille pas plus de monde vu la surface de terre qu’il y a ! Il me dit on pourrait héberger plus de gens : ils vivraient en autonomie dans la brousse, la terre est bonne, il y a de la place, du soleil. Un mec généreux en fait ! 🙂 Et il n’a pas tord 🙂

Le temps passe vite et je déguste le fait de pouvoir être assis et d’approcher de mon but !!

Il me dépose un peu plus loin que la sortie de Tully, je quitte la route un moment pour faire une pause technique et pour casser la croute : tomates + oeufs avec du pain, assis dans l’herbe.

Je suis vraiment content car tout va bien : il fait beau, je suis presque arrivé à Cairns et vu l’heure qu’il est je vais arriver largement en avance chez mon hôte !

Je reprends mon pouce tendu vers le ciel et quelques minutes après un mec en pick-up s’arrête ! Lui aussi il va à Cairns ! Mais c’est parfait !!! Le mec est coordinateur de projets. Il passe ses journées sur la route à passer des coups de fil, visiter les chantiers, résoudre les problèmes de coordination etc… il fume et il travaille 6 jours sur 7 mais avant il travaillait 7 jours sur 7 ! Et presque 10h par jour !!!

Ah oui quand même !

Nous arrivons à Cairns, je lui demande de me déposer au centre ville.

En fin de journée, j’arrive chez mon hôte, il s’appelle Charles et il parle Français couramment parce qu’il y a vécu plusieurs années, il n’est pas très bavard. Il a un perroquet jaloux mais rigolo par son attitude :

20150514_172554
20150514_172555

Je profite de mon séjour à Cairns pour organiser mon saut en parachute au dessus de la barrière de corail, il parait que c’est magnifique !

Je compare les tarifs et m’inscris pour effectuer le saut le jour de mon anniversaire ! 🙂 Pour cette occasion, l’agence m’offre une ristourne ! Sympa ! 😉

Le lendemain, je quitte Cairns pour aller rendre visite à mon cher ami Alan ! Vous vous souvenez ? Je l’avais rencontré à l’hôtel de Kathmandu ! Il vit dans la forêt tropicale de Daintree, c’est à 110 Km de Cairns, je ne me fais pas trop de soucis pour le faire en moins d’une journée ! 🙂

Je commence à marcher et il y a un mec qui me propose de me porter jusqu’à la sortie de la ville après l’aéroport ! Formidable !

Il fait beau, tout va bien !

20150515_075051

Plus tard, un autre gars avec un camion-benne me propose de me porter jusqu’à Port Douglas ! c’est à mi-chemin et c’est partit ! C’est un gars très énergique, super sympa, il rigole et parle beaucoup. Il s’appelle Jey, il est charpentier et il me conseille de visiter Port-Douglas parce que c’est très joli. Alors Ok, j’ai le temps de toute manière. Il me dit de l’appeler lors de la pause repas comme ça on peut manger tous ensemble ! c’est vraiment sympa de sa part !

Il me dépose près de la plage et vous savez, en Australie, ça ne manque pas de méduses alors la ville met du vinaigre blanc à disposition :

20150515_092945
20150515_092935

“A utiliser pour les piqures de méduses.

Verser, ne pas frotter !

consulter un médecin”

Elle est belle cette plage ! C’est dommage de pas pouvoir s’y baigner ! 🙄

20150515_093051

Ca c’est le nom d’un centre de vacances. Mes amis qui dansent le Swing comprendront pourquoi j’ai pris cette photo 😉

20150515_093253

A port Douglas, il y a une colline avec une belle vue m’a dit le Jey. Alors je débarque dans une agence d’information touristique et je leur demande si ils peuvent garder mon gros sac. La femme semble étonnée de ma question mais accepte tout en souriant. Excellent, je vais pouvoir me balader de manière plus confortable !

Et c’est partit pour la grimpette

20150515_101527

Et voilà :

20150515_095036

Il y a un groupe de touristes qui se prennent en photo alors je leur propose de les prendre tous ensemble, il sont très contents et puis je fais semblant de partir avec leur smartphone ! On a bien rigolé ! 😁

Ce point culminant se situe très exactement à 15102 KM de Paris à vol d’oiseau :

20150515_095900

On le fait en Stop ?

Noon je déconne ! 🙂

20150515_100351

J’appelle Jey mais il a déjà mangé. Bon, tant pis. Je casse la croute avec cette belle vue et je redescends, reprends mon sac et retends le pouce !

Un mec en voiture me propose de me porter jusqu’à la route principale qui va vers le nord, ce sera plus facile pour trouver des gens qui vont à Daintree.

De là, un autre mec, un vieux monsieur avec une coupé me porte 20 KM plus loin à Mossman et enfin, un autre gars très sympa me porte jusqu’au port de la rivière de Daintree.

Il y a un ferry. Comme convenu, j’appelle Alan juste avant d’embarquer.

20150515_135515

Ce n’est pas un bateau avec un moteur à propulsion immergé dans l’eau mais un bateau qui se déplace grâce à un câble de chaque côté eux-mêmes arrimés des deux côtés de la rivière.

20150515_135548
20150515_135645

Lorsque j’arrive de l’autre côté, pas d’Alan… Alors j’attends et il arrive quelques minutes plus tard avec une petite Jeep.

Nous sommes très heureux de nous revoir.

On discute, il a toujours autant d’humour, avec sa Jeep, on grimpe une colline bien raide, ça patine un peu et on y arrive.

Voilà le point de vue depuis sa maison :

20150515-WA0002
20150516_122516

Alan vit avec son épouse Népalaise (dont je ne me souviens plus le prénom… humm…  🤔) qui est là temporairement parce qu’ils sont en train de s’arranger pour qu’elle obtienne un visa permanent. En fait, ce n’est qu’une question de temps. Tant qu’ils n’ont pas passé 2 ans ensemble, le gouvernement ne lui donne pas de visa. Il y a aussi de la paperasse et un examen d’Anglais.

La maison d’Alan est totalement autonome, elle a des panneaux solaires pour l’eau chaude à gauche et pour la production électrique à droite.

20150517_164632_HDR
20150517_164723

Il y a aussi une cuve de récupération des eaux de pluie :

20150517_171107

Pas de filtration, il se sert de l’eau pour toute sa consommation.

Ici c’est le système pour stocker l’électricité :

20150517_171300

Je suis surpris par la taille des batteries :

20150517_171309

Seulement : 80cm x 35cm x 20cm

Alan est à la retraite et pour s’occuper, en plus de son jardin, il vent au marché des petits bijoux fait à la main.

Il a aussi planté des arbres appelés Pongamia afin de produire du biodiesel pour être totalement autonome et réduire encore son impact sur l’environnement.

J’ai passé quelques jours au calme chez Alan, je n’ai pas fait grand chose d’extraordinaire parce que je suis toujours en galère pour trouver des logements de Couchsurfing au Japon… et la date approche…

Après ces quelques jours, je repars sur Cairns, toujours en Autostop et je remarque un panneau qui me fait rire :

20150518_131458

Bon, les gars, ça s’écrit e-Bay et pas i-Bay ! ahahah !

J’ai attendu une paire d’heures sur le bord de la route et c’est une petite famille Asiatique qui m’a descendu jusqu’à Cairns direct ! Je ne pouvais pas trouver mieux ! 🙂

De retour à Cairns, je suis les instructions de mon GPS pour rejoindre la maison de Frank. Je suis surpris parce que sur mon GPS, la route n’est pas coupée en deux par un ruisseau !!!

20150518_164847

Bon, tant pis, je traverse ! Je vois qu’il y a des galets alors d’autres personnes doivent le faire. Si ils y arrivent, pourquoi pas moi, hein ?

Ce fut un délicat numéro d’équilibriste puisque, pour rappel, j’ai un sac à dos d’une vingtaine de kilos + un sac à l’avant sur mon torse de quelques kilos avec mon ordinateur portable à l’intérieur et pour pimenter le tout, les galets ne sont pas bien disposés et sont parfaitement INstables !

Je n’ai pas de mots pour décrire le soulagement une fois le ruisseau passé !

J’arrive chez Frank, un mec sympathique qui va bientôt flirter avec les 60 ans. Très souriant, il a l’air un peu timide, très organisé et très généreux. Il aime aussi la cuisine française, il parle un peu Français et je lui ai donné quelques astuces, quelques petits cours pour l’aider à s’améliorer.

Le soir, je pars faire quelques courses et je remarque cet arbre chargé d’oiseaux blancs :

20150518_184146

Le lendemain c’est le 19 Mai 2015 ! Et c’est donc le jour du grand bond !!!

Il fait un temps pourri. Ca arrive souvent le jour de mon anniversaire qu’il fasse mauvais temps.

Bref, le minibus vient me chercher. Nous avons une heure de route pour descendre à Mission Beach et on nous annonce qu’il est probable que les sauts soient annulés à cause du vent et de la pluie.

Finalement, il y a des éclaircies ! 🙂 Même parfois, il n’y a plus un nuage dans le ciel !

Manque de pot, lorsque c’est mon tour, ça se couvre !!

Et voici quelques photos du grand bond en parachute pour mes 32 ans :

Le visage de la terreur!! 😁😁😁 Elle me fait bien rire celle là !!

fly0

La zénitude en plein air (tu parles !) :

fly1

Et voilà une belle photo avec la mer de nuages :

fly3

Quand je prends l’avion par mauvais temps, je me suis toujours demandé comment ça fait de traverser un nuage ?

Et bien j’ai eu ma réponse : un nuage, c’est, comme on l’apprend à l’école, plein de gouttelettes d’eau en suspension et bien j’ai ressenti ces gouttelettes sur mon visage lorsqu’on les a traversées.

A cause de ce temps pourri, je n’ai pas pu voir la barrière de corail. De toute manière, j’étais tellement préoccupé par les sensations du vol, par ce qu’il m’arrivait que je n’ai pas trop eu le temps de VOIR, au sens propre du terme !

Même si c’est flippant, c’est une expérience que j’ai envie de refaire !!

Le soir, belle surprise de la part de Frank : il m’invite au resto ! Je suis franchement gêné mais il me dit qu’il y va souvent et que c’est plus sympa pour lui si il y va accompagné !

Il avait donc réservé une table dans un resto Français “C’est bon”

20150519 annif avec Frank

Et franchement, on s’est régalé !!

20150519 annif avec Frank nb

De bonne sensations culinaires, comme lors de mon séjour au Myanmar quand je suis allé dans le resto Français !

J’étais ravis ! Ce fut une journée, Sensationnelle dans tous les sens du terme ! 🙂

Allez, c’est la fin de cet épisode, j’espère qu’il vous a plu ! 🙂

Le prochain, ça se passe au Japon !! A bientôt !!! 🙂

Julien

Laisser un commentaire