Catégories
Voyager

Episode 4 : T’en veux de la jungle ?

J’avais pas mangé, pas vraiment dormi, pas douché, mon sac pas du tout prêt, ni ma tenue vestimentaire et mon smartphone déchargé : c’est parfait, je réserve pour le jour même !

Je salue le Divin qui est en toi*

* C’est l’exacte signification de “Namaste”. Petite parenthèse : dans mon précédent épisode j’expliquais que “Namaste” voulait dire “Bonjour” mais entre temps j’en ai appris l’exacte signification qui introduit ce mail. Merci Adeline ! 😊

Adeline m’a également rappelé que Lumbini (plein de temples Bouddhistes dans mon précédent épisode) est le lieux de naissance de Bouddha. Info utile. 😊

Par cette occasion et pour pas faire de jaloux, je salue également le voyageur, l’artiste, le rêveur, le travailleur, le musicien, le fou, l’enfant, le comique et l’amoureux qui sont en vous ! Bref, tous ceux qui font de vous ce que vous êtes. 😊 La prochaine fois que quelqu’un vous dit “T’es pas tout seul dans ta tête” vous pourrez le prendre comme un compliment 😉 et répliquer : “tu dois bien t’ennuyer tout seul dans ta tête !” Ahahah ! Et paf ! 😁

La variété fait la richesse 🙂

Tant qu’à être entre parenthèse, j’en profite pour vous mettre à l’aise pour me signaler les diverses photteux d’hortaugraffes et de grand-mère qui pourraient se glisser par mes gardes (mégarde) corrompus ! Ceci me permettra d’améliorer mon Français, une langue difficilement accessible car belle et riche. (Non, non, je ne parle pas d’une fille en particulier 😉 )

Encore un récit plein d’humour pour aiguiller un tantinet ces jours difficiles par le fait que certains journalistes sont “morts de rire”… Hommage à Charlie Hebdo et leur entourage.

Fin de la parenthèse. (Finalement, elle n’était pas si petite cette parenthèse… dit-il entre parenthèses)

J’espère que vous avez passé un bon réveillon de Noël avec vos proches…

20141223_171519

(Photo avec 2 élèves de NAG)

Mais si cela n’a pas été le cas, n’oubliez pas qu’il y 364 autres soirées avant le prochain réveillon de Noël pour faire la bringue, rigoler et profiter de votre bel entourage ! 🙂 C’est ce que fait le père Noël d’ailleurs : il bosse 24h par an et le reste du temps il rit et bringue : ce qui explique surement son embonpoint ! Vous trouverez ici la biographie de ce Monsieur : http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A8re_No%C3%ABl

Je profite qu’il soit encore temps de vous souhaiter une très bonne année 2015 pétillante comme ça :

20141231_235959-1

Riche d’expériences diverses et variées, avec plus de “hauts” que de “bas”, que vous ayez le courage d’affronter chaque obstacle de la vie car ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ! 🙂

Nous sommes tous égaux face au temps : 24h/jour pour tout le monde alors je souhaite également que vous ayez la lucidité de prioriser votre emploie du temps pour prendre soin de votre propre santé afin que lorsque l’opportunité se présente, tous vos sens s’empreignent de tous les bons moments, afin d’être prêt à faire face aux difficultés et afin d’être énergiquement en mesure d’aider les autres.

J’ai donc passé mon premier de l’an à Vientiane dans une fête en centre ville ouverte au public. L’ambiance fût bonne comme vous pouvez le constater sur la photo ci-dessus. 🎉

Cet évènement gratuit est en fait massivement sponsorisé par BEERLAO : chanteurs, musiciens, danseurs, DJ… et tirage au sort.

20141231_201541

La marque de bière du Laos.

Cette marque est partout. A part quelques exceptions, tous les bars et restaurants du Laos sont sponsorisés par Beerlao. La marque fournit tout l’équipement essentiel et nécessaire pour ouvrir un tel établissement : enseigne lumineuse, chaises, tables, servante à roulette, vaisselle, frigos…

index

(Ce récit est sponsorisé par Beerlao 😉… je plaisante.)

J’ai passé environ une petite semaine à Vientiane pour ensuite me rendre à l’étape suivante de mon périple Laotien dans la partie nord du pays : parc national de Bokeo pour 2 jours de Tyrolienne à travers la jungle avec nuit dans une maison construite dans les arbres organisé par l’agence d’écotourisme Animo pour participer à “The Gibbon Experience” http://www.gibbonexperience.org/

Réservation d’un bus couchette car 22h de route.

Ca ressemble à ça :

sleeper bus

3 rangées de 5 ou 6 couchettes sur 2 niveaux. C’est assez confortable, il y a entre 30 et 40 places couchées. Mais le bus est overbooké avec des gens qui s’assoient au milieu par terre. J’espère que le billet est moins cher dans ce cas là.

J’ai dormi par intermittence tout au long du voyage et peu dormi pendant la nuit. Les routes sont à double sens mais pas toujours en bon état et zigzague beaucoup. Pas d’autoroute au Laos mais la Thaïlande aide le Laos à la réfection des routes : https://fr.vietnamplus.vn/la-thailande-aide-le-laos-a-developper-ses-infrastructures/45001.amp

En écrivant ces lignes, je réalise que les pays dont la langue est similaire s’aident. Le Népal est souvent aidé par l’Inde et là le Laos est aidé par la Thaïlande… intéressant.

Je reviendrai sur la langue Lao plus tard.

J’arrive vers 7h à la station de bus qui se situe à 10Km de la ville. C’est toujours comme ça : lorsqu’une commune atteint une certaine taille, la gare routière est loin du centre ville ce qui permet aux ToukTouk de faire leur beurre. L’avantage c’est que les bus n’occupent pas les villes.

Contrairement à Vientiane, les villes et villages ont une allure de pays en voie de développement. Il y a de vieux véhicules (souvent des utilitaires) des camionnettes, des motoculteurs tractant une remorque… Les gens se déplacent en 2 roues : Scooter, mobylette, petite moto. Pas de voiture. Sinon c’est une voiture neuve ou quasi neuve.

Les Laotiens peuvent s’entasser à 4 sur une mobylette, j’ai vu aussi des mecs transporter des meubles en mobylette ! Un peu dans ce genre là :

demenageur

La version Laotienne des “Déménageurs Bretons” 😉

J’ai vu des petits scooter électriques aussi

J’ai entendu dire que les Laotiens se saignent aux 4 veines pour avoir une voiture neuve, que pour ceux qui sont dans ce cas là, la voiture, le smartphone, le bling bling sont plus important que tout.

Bref, revenons à nos moutons…

Lors de ma correspondance par mail avec l’agence, je devais, dès mon arrivée, payer le périple pour cette balade suspendue réservée le lendemain.

J’arrive devant l’agence vers 7h45, les bureaux ouvrent à 8h : parfait ! D’autres clients arrivent petit à petit.

L’agence ouvre, le mec me demande si c’est pour demain que je réserve je dis “oui mais vous avez des places aujourd’hui ?” il me dit que oui mais il faut être prêt à 8h30. J’avais pas mangé, pas vraiment dormi, pas douché, mon sac pas du tout prêt, ni ma tenue vestimentaire et mon smartphone déchargé : c’est parfait, je réserve pour le jour même ! 😊 Je lui confie mon smartphone pour le charger, pendant ce temps je m’empresse de me réfugier avec mes sacs dans le local de stockage. Le temps presse, je me change vite fait, je défais mes sacs pour les refaire… enfin pour entasser les affaires dans mon petit sac à dos ! Ils ont surement un fer à repasser dans la jungle ! 😉

Je cours faire un brin de toilette aux WC de l’établissement.

Il y a des bananes à l’accueil, j’en mange une paire, il est quasiment 8h30 je suis prêt ! Un film pour expliquer le projet “The Gibbon Experience” le commentateur du documentaire à un énorme accent Français ! ahah !

Pour résumer, une partie des fonds sert à préserver, rémunérer des gardes forestiers, replanter la forêt de Bokeo, une autre partie à payer les guides et le personnel, puis l’entretien de la forêt, des infrastructures de Tyroliennes, l’entretien et le renouvèlement du matériel et la construction des maisons.

Le chef de projet est un français Jean-François Reumaux, tous les autres membres de l’équipe sont des Laotiens vivant dans les environs. Plus d’infos sur le projet ici : http://tourismeresponsable.wordpress.com/le-laos/activite/autour-de-houay-xay/the-gibbon-experience/

Après le film, nous prenons la route dans un pick-up. Je fais la connaissance d’un compatriote : Sebastien, très sympa, trentenaire, conducteur de trains TER prend un mois de vacances à l’étranger (comme tous les ans) et songe à changer d’orientation professionnelle. On discute, il est célibataire, n’a rien planifié et vient d’arriver au Laos… bref, on a quelques points en commun. 😉

Après 45 minutes de route, on arrive au milieu de nulle part.

20150104_102931

Les gants et des harnais nous sont fournis, on s’équipe. C’est MADE IN FRANCE. 🙂

On commence à marcher, c’est très beau :

20150104_112216

Les bambous et les arbres s’entremêlent…

20150104_114950

Un arbre qui cherche la lumière :

20150104_141612

Des bestioles :

20150104_142720
20150104_142848

Et puis on passe la journée entre un peu de marche et des Tyroliennes qui nous permettent de traverser vallées, rivières et étangs d’eau :

20150104_144122
20150104_144126

Parfois je ne suis pas assez aérodynamique alors :

20150104_144145
20150104_144149

Nous rencontrons un arbre creux :

20150104_144719

Vue de l’intérieur :

20150104_144749

Alors en fait, ce n’est pas un arbre. Ce sont des lianes qui ont parasité et étouffé un arbre. Ce dernier est mort, a pourri et le temps le dégradant, l’espace s’est libéré au centre. Voila pourquoi le centre est si bien rond et creux.

La plus longue Tyrolienne fait 500m et nous transporte à 100m au dessus du sol.

20150105_081006

Cette photo m’inspire la ligne de vie : où va t-on ? On sait ce qu’on va faire dans quelques heures, quelques jours, plus ou moins dans quelques mois et au fur et à mesure qu’on avance, les environnements changent. Forêt danse, grand espace, un petit espace pour s’enfiler à travers la végétation danse suspendu à notre ligne de vie vvvvvvvvvvvvvvvouuuuuuufffffffffff….. ouf, ça passe…

Je vous ai fait une petite vidéo, c’est pas top car je ne peux pas me stabiliser d’une main, je tournoie dans tous les sens et je ne suis pas aérodynamique dans ma position du coup j’ai fini à la main :

Nous sommes un groupe d’environ 15 personnes : des français, des américains (qui se dopent à la Ventoline), des Hollandaises, des Allemands, des Irlandais(es) et des Australiens.

Nous arrivons aux maisons suspendues. Nous formons 2 groupes : d’un côté les Français avec les Allemands et Hollandaises et de l’autre les Américains, Irlandais et Australiens.

Il y a plusieurs parcours de “Gibbon Experience”, j’ai pris la formule 2 jours, sur notre halte, il y a 2 maisons suspendues mais la société Animo en a construit 10 au total pour subvenir aux besoins de tous les parcours. Elle n’en construira pas d’autres.

20150105_085411
20150105_085433

Welcome in the tree house!

Niveau 1 côté pièce à vivre :

20150104_165011

Coin cuisine :

20150104_155839

Cage d’escalier pour accéder aux 2 niveaux supérieurs faisant office de chambres :

20150104_160058

Vue depuis la plus haute chambre :

20150104_155157

Niveau –1 :

Nous avons l’arrivée de la Tyrolienne et une zone de bain avec Wc à gauche, douche et lavabo à droite :

20150104_180639

Sous l’ampoule, il y a la douche à l’italienne ! Pas de vis à vis avec l’autre maison : seul les arbres peuvent nous regarder 😉

20150104_180741

L’eau passe à travers le plancher et tombe 30 mètres dessous.

Même si il faisait un peu frais, c’est vraiment super agréable et hors du commun de se doucher avec une telle vue.

C’est surement là qu’il ont tourné la pub du célèbre savon liquide :

abioush2

C’est une maison exclusivement en bois excepté le toit en tôle galvanisée. Vraiment super agréable, ça fait rêver !

Il y a une batterie pour alimenter les ampoules à LED.

Le coucher de soleil depuis la pièce à vivre, c’est moche n’est-ce pas ? 😉

20150104_174211

Sérénité assurée !

Les guides nous ont apporté le repas et nous ont laissé seuls.

Une fois la nuit tombée, j’ai commencé à faire des signaux de lumières avec ma lampe frontale vers l’autre baraque, ils ont répondus : ça nous a fait rire 5 minutes.

Puis j’ai eu l’idée de faire une Tyrolienne de nuit : juste celle qui mène de la terre ferme à la maison. Personne n’a voulu suivre mais tant pis, j’ai hésité et puis je me suis dit que je n’avais rien à perdre. J’ai donc enfilé mon harnais, allumé ma lampe frontale et c’est partit !! Je ne vois pas vraiment ou je vais tellement la jungle est noire, c’est sensationnellement un mélange de flippant (pas envie de me faire choper par les guides à cause du bruit de la Tyrolienne) et d’excitant.

C’était excellent de vivre cette expérience exclusive ! Lors de mon retour, j’ai vu les autres me regarder depuis la maison illuminée, c’était beau mais j’ai oublié de prendre une photo.

Ensuite Sébastien a enseigné aux hollandaises comment jouer à la belotte. Puis 1h après, elles sont parties se coucher, on s’est retrouvé à 3 Français, j’ai enseigné aux 2 autres joueurs comment jouer à la belotte à 3. Merci à ma Grand-mère Jeanine qui me l’a enseigné. Pour ceux qui connaissent la belotte à 4, je vous explique comment on organise la version à 3 personnes : vous enlevez les 7 et les 8 du jeu de carte, vous distribuez les 5 cartes et celui qui prend l’atout joue contre les 2 joueurs restants, on a passé quelques heures à bien se poiler tout en mangeant des cacahuètes ! Mais… pour mes compatriotes amateurs, le Pastis était manquant…

Le lendemain, nous avons rendu visite au plus gros arbre de la forêt :

20150105_083953
20150105_083843

Il faut 6 personnes face contre le tronc main dans la main pour pouvoir en faire le tour.

Puis nous avons repris le chemin des tyroliennes. On n’a fait une pause, les couleurs sont belles, je ne retouche pas les photos :

20150105_103732

Vous allez me demander : “Mais y sont les Gibbons ?” Ben, yen a pas ! En effet, il faut aller dans la jungle plus profonde pour avoir plus de chance de les rencontrer. Mais bon, je n’y allais pas pour ça de toute manière et nous étions prévenus sur le site qu’il y a peu de chance de les apercevoir dans cette formule de 2 jours.

A la fin de la journée nous sommes retournés à notre point de départ le village de Huay Xai. Entre temps j’ai décidé de suivre Sébastien qui planifiait d’aller dans un village à côté dès le lendemain pour faire une balade dans une autre jungle pendant un temps encore indéterminé. Un couple de compatriotes (Audrey et Julien) se sont joins à nous.

Seb et moi prenons une chambre ensemble puis nous partons tous les 4 manger en ville. Nous rencontrons une Américaine qui avait l’air perdue, elle venait de Thaïlande, elle avait passé la frontière pour revenir le lendemain étendre son visa Thaïlandais. On a mangé ensemble, puis un skateur nous a rejoint.

Je commençais à fatiguer, je décide de quitter le groupe et sur le chemin du retour à l’hôtel, les Irlandais m’ont interpelé, ils étaient en train de boire un verre d’eau… meeuhh non ! Ils étaient en train de boire une bonne bière bien fraiche ! Comme des Irlandais ! 😉

Dans le groupe, il y a un couple qui vit en Australie et une copine au couple qui est venue pour les vacances les accompagner. On a passé un moment à discuter, rigoler et au final je suis convié à leur rendre visite en Australie : James et Ash.

Le lendemain le petit groupe de 4 Français que forme Julien, Audrey, Sébastien et moi partons pour Vieng Phou Kha. C’est tellement petit qu’il n’y a qu’un arrêt de bus sur la route principale. Il y a 4 ou 5 rues. Il y a un marché couvert, on y va manger. J’ai pris des pates froides plutôt fades, bof… j’ai même pas fini mon auge. Il y a 4 maisons d’hôtes. On en choisit une avec un terrain de pétanque !! Génial !!

On y laisse nos affaires et on va chercher un guide pour organiser la rando de demain. Nous choisissons… ah non… on ne choisit pas, il n’y a qu’une agence d’Eco-trek. Le guide est sympa, il parle 4 mots Français il nous explique les différentes formules, nous échangeons nos idées et nous concluons par une formule 2 jours et une nuit à dormir dans la jungle. Départ demain à 8h30 si il n’y a pas de brouillard et à 9h dans le cas contraire.

Nous repartons à la maison d’hôtes pour faire quelques parties de pétanque :

Audrey et Julien :

20150106_162206
20150106_162021

Sébastien et moi :

20150106_162044
20150106_163202

Pour rappel, le Laos est une ancienne colonie Française. Nous avons donc laissé quelques traces, c’est une bonne idée la pétanque ! 🙂

On leur a laissé la baguette aussi, c’est très populaire de manger du pain MAIS… on ne leur a pas laissé la meilleure recette… le pain est blanc et a gout à une baguette bas de gamme.

On leur a aussi laissé la bonne recette du pain perdu. 🙂

On y a passé une bonne partie de la soirée, la nuit tombe vite mais le terrain était éclairé. Je ne joue pas souvent à la pétanque mais quelques coups de chance m’ont quand même aidé. 😉

Le soir, on va manger dans un petit resto à côté, il n’y a pas grand chose qui me donne l’appétit sur la carte. Je commande une soupe et des frittes françaises (encore une trace de la colonie). Je me dis “au moins la soupe c’est un truc que j’ai toujours aimé” et bien là c’est raté ! Comment vous expliquer ? Imaginez vous allez tondre votre jardin et à la fin, vous nettoyez le carter de coupe : il y a comme une tas d’herbe compact, chaud qui a fermenté. Et bien ma soupe avait plus ou moins ce gout là. Je l’ai ramenée, je ne pouvais pas la manger. Par contre les frittes françaises étaient bonnes ! Ce sont comme des Chips faites maison. Des pommes de terres coupées en lamelles fines et trempées dans l’huile bouillante : très bon. Je me suis rattrapé sur une omelette tomates/oignions. 😊

Le lendemain nous sommes réveillés par les informations locales et nationales annoncées sur de puissants hauts parleurs répartis dans tout le village. Le village est fournit en électricité depuis seulement 4 ans et les habitants n’ont pas l’argent pour se fournir une TV ou une radio donc 2 fois par jour (vers 7 heure le matin et vers 7h le soir) les infos sont diffusées.

Le brouillard n’était pas très épais. Nous prenons notre petit déjeuner, je choisis une valeur sure : frittes et omelette comme la veille ! 🙂

A 9h + un quart d’heure Gascon + un quart d’heure Strasbourgeois nous avons pris la route pour la jungle ! Dans la cabine du pickup les places étaient serrées, qu’à cela ne tienne, je monte à l’arrière avec les sacs : c’est plus marrant. Les guides étaient avec moi.

Nous arrivons dans une carrière :

20150107_094329

Et c’est repartit pour une autre balade en jungle !

T’en veux de la jungle Julien ? Et bien là t’es servi ! 😊 Au total ça fera 4 jours d’immersion en vie sauvage… enfin… presque… ou pas 😉

Mais celle là est bien plus sauvage que la précédente :

20150107_095646
20150107_100119

La bande des joyeux lurons :

20150107_100609

Qu’est-ce que c’est beau mais on dirait une grosse salade sur la photo :

20150107_101348

Sébastien concentré sur sa marche :

20150107_103255

L’un des guide a agilement attrapé un criquet vivant qu’on mangera le soir :

20150107_103406
20150107_104300

Et moi j’ai agilement attrapé cet insecte mort et bouffé de l’intérieur 😁 :

20150107_104352

On fait une pause sur ce grand espace sous les arbres :

20150107_105015

Et on a joué à Tarzan suspendu à une grosse liane :

20150107_105319

XXXcellent : The liane Experience

On a repris la marche puis une autre pause breuvage :

20150107_114302

Est-ce que vous voyez l’insecte sur cette photo ?

20150107_114712

Pas facile, on dirait une branche d’arbre ! J’ai été très surpris quand j’ai vu ce gros machin ressemblant à une branche marcher au sol.

Le voila en plus clair :

20150107_114805

Ca s’appelle un Phasme, des infos faciles à lire et intéressantes ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phasmatodea

Magique, on se croirait dans un dessin animé :

20150107_115446
20150107_120403
20150107_120519

Chez les fourmis ça bosse dur :

20150107_120857

Se balader, sa creuse alors allons nous installer dans cette petite cabane pour nous rassasier :

20150107_121158
20150107_121446
20150107_121459
20150107_122107

Le menu du jour, poisson, pattes de différentes sortes, légumes fris, riz collant et bananes

20150107_122248

Puis on reprend notre route :

20150107_130924

Nous traversons une zone de séchoir à riz :

20150107_133913

Les galettes que vous remarquez en haut des pilotis servent à empêcher les bestioles d’accéder au séchoir.

On approche d’un village :

20150107_134342

Un village sans électricité, très reculé des infrastructures routières :

20150107_134726

L’emblème Français :

20150107_134907

Nous nous sommes installés dans village et nous avons effilé du bambou, qui servira à tresser des paniers :

20150107_140743

Puis on est repartit nous balader :

20150107_152027[1]

Quelques heures après, nous arrivons au lieu de campement :

20150107_154159[2]

Les feuilles de l’abri sont en mauvais état.

Allons abattre quelques bananiers sauvages pour en récupérer les feuilles :

20150107_154822[1]
20150107_154814[1]
20150107_155247[1]

Les feuilles au sol n’ont pas pour but de rendre le sol confortable mais de nous protéger de l’humidité :

20150107_161023[1]

Il faudra du bois pour d’une part écarter les animaux du campement, d’autre part cuisiner et enfin nous garder au chaud :

20150107_155507[1]
20150107_160958[1]
20150107_173011

Puis les guides commencent à faire la popote dans des bambous :

20150107_162351

Ouai, on s’est pas trimbalé les casseroles et tout le bordel pour faire la cuisine. Juste un briquet et ensuite tout est à proximité.

Les gros bambous servent de récipient pour cuire les aliments, ils sont séparés de leur peau verte extérieure pour que la chaleur du feu traverse mieux la paroi. Le bambou étant bien vert, danse et gorgé d’eau, il ne brule pas, les aliments ont mijoté pendant une bonne heure, un autre morceau de bambou sert de spatule pour remuer les aliments :

20150107_163602

Les feuilles de bambous servent de couvercle :

20150107_170228

C’est appétissant :

20150107_170545

Les feuilles de bananiers sauvages servent à faire des récipients :

20150107_173115_LLS

Les bananes sauvages ne sont pas comestibles seulement leur fleur que les guides ont cuisiné

Bon, j’avoue, on a triché pour le riz collant, nous nous sommes fournis au village précédent 😊

20150107_173424

Et voilà ce que la “Maïté du Laos” nous a concocté

20150107_173701_LLS

Les guides ont porté une bouteille d’alcool de riz et c’est Sébastien qui introduit la tournée :

20150107_174148_LLS
20150107_174226_LLS

Le bambous permet de faire des pinces pour manger :

20150107_174411_LLS

🎼🎵Vous saurez tout tout tout sur le bambou !! 🎵🎵

Une cuillère en feuille de bananier :

20150107_174849_LLS

Repas à la bougie :

20150107_174553

J’ai donc mangé un bout de criquet, ça a un gout de noisette c’est sec, ça donne soif et il va me falloir un temps d’adaptation pour mieux l’apprécier. 😊

20150107_182455_LLS
20150107_182629_LLS

La zone de campement éclairée par les bougies :

20150107_191620_LLS
20150107_192043_LLS
20150107_192227_LLS
20150107_192427_LLS

Après ce bon repas, il est temps d’aller dormir :

20150107_192858_LLS

Le lendemain matin, les guides cuisinent de la viande qu’ils ont ramené du village la veille :

20150108_073737

Et comme d’habitude, le bambou sert de tasse à café :

20150108_084830

GRINGOOOO !! Qu’il est bon ton café !

Petit déjeuner avec des pattes dans leur jus :

20150108_091244

Et on a repris la balade en longeant un ruisseau :

20150108_094407

En traversant des zones en friches :

20150108_105624

Pour le midi, nous nous sommes arrêtés dans un autre village :

20150108_120154

Nous avons rencontré une maman de 17 ans qui a 2 enfants…

Après le repas, nous avons longé les champs de melons :

20150108_133103

Un véhicule nous attendait et nous sommes rentrés au Village vers 14h

Ce fut le moment de nous séparer :

Julien et Audrey partent en direction de la Thaïlande, Sébastien en direction de Luang Namtha et j’avais pour projet de partir en direction de Luang Prabang : l’ancienne capitale du Laos.

Julien et Audrey ont eu un bus quasiment de suite.

Sébastien a attendu une heure environ. J’aurais pu prendre son bus car Luang Namtha est sur mon chemin mais à l’intérieur une fille m’a dit qu’il y a des gens qui attendent au départ du bus direct pour Luang Prabang. Je me suis dit que j’allais attendre, il doit passer en fin d’aprem environ. J’attends… pas de bus…je demande au commerce d’à côté, elle me dit que le bus part quand il y a assez de monde mais il y en a un autre entre 20h et 21h. J’attends, j’ai la dalle, je mange une omelette avec des frites dans le même restaurant que la dernière fois mais cette fois en bord de route pour me faire voir quand le bus passe. La gérante a même installé une ampoule au dessus de moi pour que le bus me voit car la nuit était déjà tombée. Et elle a aussi écrit “Luang Prabang” en Lao au dos d’une facture pour que le conducteur comprenne ma destination. Bref, j’étais au top !

Le bus arrive, je bondit de ma chaise, je fait signe… je fais des grand signes… il passe, je lui cours après dans la pénombre… il trace !!

AAAAaaaarrrrrgghh !!!! (Encore une bonne série de gros mots) Putain de merde fait chhhhhhhhieeeeer !!!! (classique)

La gérante du resto avait de la peine pour moi… Je la remercie bien gentiment et je repars bredouille à la maison d’hôtes. je m’apprête à me coucher : il commence à pleuvoir genre grosse douche !

Le lendemain, il continue à pleuvoir, je me dis qu’on a bien fait de prendre la formule 2 jours en jungle. J’arrive à l’arrêt de bus du village, mes chaussures prennent un peu l’eau. Pour vous résumer, j’ai mis une journée pour aller à Louang Prabang. Mini bus au départ de mon village à 9h environ pour Luang Namtha ! Cette fois je l’ai pris car je veux maximiser les chances d’arriver à Luang Prabang au plus tôt. J’arrive en gare de Luang Namtha : 4h d’attente en gare. Pendant ce temps je cherche sur internet un logement pas cher à Luang Prabang… Le bus pour Luang Prabang est déjà là. Je my installe à l’intérieur : il pourra pas me louper celui la ! Il part à 15h et arrive théoriquement à 23h : je suis arrivé à minuit et demi. C’est ce qu’on appelle “arriver au plus tôt” quand on vit au Laos ! 😉 Ca me fait penser au Népal parfois… Bref, je trouve un sympathique petit établissement de chambres d’hôtes confortable pour 10€ la nuit (c’est pas très cher pour Luang Prabang) et je négocie à 8€ il s’appelle “Cold River Guesthouse”. Il pleut encore pendant 2 jours, j’en profite pour prendre des nouvelles de l’actualité et vous rédiger cet article.

Je vous souhaite à toutes et à tous une excellente journée !!

A très bientôt !

Julien

Laisser un commentaire